• [javascript protected email address]

Entreprises publiques, de la nécessité de résultat, intérêt de la concurrence

Les théories explicités précédemment montrent tout l'intérêt que les entreprises mais également les individus ont à ce que l'ensemble des parties se sente impliqué, engagé dans la vie, la construction de l'avenir, la survie de l'entreprise. L'enthousiasme, l'envie, les énergies individuelles et collectives que cela peut libérer sont des forces considérables pour la performance, le bien-être au travail, la vie de la communauté mais également l'épanouissement et la réalisation individuelle.

Pour que cet esprit de communauté, cette conscience de l'aventure de l'entreprise dans laquelle un individu évolue soient une réalité de tout les instants, il est cependant nécessaire que cette entreprise ait des objectifs, un sens à son histoire, des conditions d'existence qu'elle doit assumer, que chacun de ses membres perçoit, intègre, ressent dans son activité quotidienne.

ImplicationLes entreprises publiques, dans bien des cas, sont dépourvues d'un tel sens de leur histoire, d'horizon à donner à leurs employés. Elles ne vivent souvent pas non plus dans l'urgence d'un résultat et d'une survie face à des concurrents ou un marché qui si elles ne luttent pas viendraient les faire mourir. Il en résulte bien souvent que leurs employés assument leurs tâchent administratives de façon mécanique, avec peu ou pas d'implication, comme un rouage dans un ensemble qui les dépasse et qui avec ou sans eux continuerait son existence monotone. Il y a des exceptions à cette considération, pour preuve le milieu hospitalier dans lequel bien souvent les personnels ressentent que leur mission est dans l'urgence de la lutte contre les maladies, la souffrance, la détresse. Mais une grande majorité des administrations, en élargissant parfois à celles des grandes entreprises, peuvent être victimes de ce phénomène de distanciation vis à vis d'une quelconque nécessité de résultat.

Employé propriétairePour embarquer les administrations et leurs employés dans une logique de résultat, d'amélioration, d'émulation et d'enthousiasme, il apparaît nécessaire de leur donner une direction, de tracer avec elles et l'ensemble de leur personnel le sens vers du progrès, vers un but qui nécessite l'implication et l'énergie de chaque membre. Amélioration du service, amélioration de l'écoute et de l'information des administrés, amélioration de la performance économique, innovations dans chacun des domaines de leurs compétences, sont des moteurs puissants qui incite tout un chacun à donner de soi pour cela. Cette construction d'une direction, d'objectifs partagés, la mesure du progrès et du chemin parcouru, le partage de cette histoire tracée qui traverse chacune des administrations, sont les clés pour sortir chaque fonctionnaire du risque de ne plus être qu'un rouage. Par extension, le concept d'employé propriétaire, aisément imaginable dans les entreprises privées, plus difficile à construire pour une administration, est malgré tout à appliquer. Pourquoi en effet ne pas permettre par exemple à des enseignants d'investir dans leur école et ainsi de dialoguer avec leur direction des orientations locales de leur établissement?

Enfin, dans certains domaines les administrations sont en concurrence ou peuvent être placées dans une logique e concurrence. L'adversité, non vécue comme une oppression, est un levier puissant pour fédérer les équipes et mobiliser les énergies/ L'école est un parfait exemple de ce que pourrait être ce changement de perspective. L'objectif serait d'avoir la première place en terme de résultat et d'attractivité face aux écoles privées. Jusque dans les études supérieures, ou par exemple une filière forte d'écoles de commerce devrait être montée face aux écoles privées établies et reconnues. Cela serait un objectif sain et motivant pour des enseignant qui méritent de montrer leur valeur.

Informations supplémentaires