• [javascript protected email address]

Socialisme

Socialisme Européen

Le socialisme, par opposition au capitalisme et au libéralisme, prône un système économique où les moyens de productions ne sont pas privés mais propriétés de collectivités. Ces moyens sont gérés de façon démocratique et dans le but de satisfaire les besoins individuels et collectifs. Le but de la production socialiste n’est donc pas le profit, comme dans la société capitaliste, mais la mise au service de l’homme de l’appareil de production.

Si la naissance de la conscience sociale des communautés humaines peut remonter à des siècles, peut-être à l’avènement de la première organisation démocratique qu’était l’Athènes de Socrate, les grandes bases de la pensée philosophique et économique socialiste ont été jetées au cours du XIXème siècle. Les premiers penseurs, plutôt situés dans la première moitié de celui-ci, sont souvent éclipsés par le plus connu qu’est Karl Marx, qui outre le fait qu’il soit considéré comme le père du communisme, est aussi le philosophe qui a influencé de nombreux courants socialistes.

 1- La question de l’état, les grands courants

La question de l’état, son rôle, sa place, sa légitimité, sont au cœur des divisions entre les grands courants de pensée qui se réclament du socialisme. Trois d’entre eux peuvent être distingués :

1-1- Le communisme marxiste

MarxCe courant prône la prise de contrôle de l’état par la classe ouvrière, la mise en place d’une dictature prolétarienne qui « organise » la révolution prolétaire de façon à collectiviser les moyens de productions et à transformer la société jusqu’à ce que les classes disparaissent. Les marxistes veulent utiliser les leviers de l’Etat pendant la phase de transition qu’est la révolution, avant de le faire disparaitre une fois les objectifs de celle-ci atteints.
Depuis la chute des grands états communistes, les partisans de cette forme de « socialisme » se retrouvent dans certains partis d’extrême gauche des paysages politiques actuels.

1-2- Les libertaires, anarchistes, communalistes

AnarchismeIl s’agit de mouvements de pensées qui refusent toutes les formes d’autorités, et en premier l’Etat, qui domine les individus. Ils sont partisans de l'abolition immédiate de l'État, mais ont des divergences quant à l’organisation que doivent adopter les communautés. Soit la mise en place de systèmes démocratiques de prises de décisions collectives ou à l’opposé la liberté totale de chacun de décider pour soi-même mais l’interdiction de décider pour les autres.
Ces courants, très minoritaires, parfois violents et à l’opposé souvent pacifiques (communautés hippies), sont représentés par certains partis d’extrêmes gauches ou non représentés car ne désirant pas participer au système qu’ils veulent voir disparaître.

1-3- Les sociaux-démocrates

Social DémocrateIl s’agit là du courant de pensée dominant dans la mouvance socialiste, représenté par les partis de pouvoir que sont le Parti Socialistes en France, Le Labour Party en Angleterre, le parti Social Démocrate (SPD) en Allemagne, le Parti Socialiste Ouvrier en Espagne (PSOE), etc… Une très grande majorité des partis sociaux-démocrates européens se sont regroupés dans un parti socialiste européen (PES), et plus largement adhèrent avec d’autres partis sociaux-démocrates mondiaux à l’Internationale Socialiste (IS).

Les sociaux démocrates veulent une transformation sociale s'appuyant sur l'État, de façon non-violente en utilisant les moyens de la démocratie que sont la prise de pouvoir par les élections et l’exercice du pouvoir politique au travers des systèmes parlementaires par exemple. Pour les sociaux démocrates, la réalisation du socialisme peut se faire dans le cadre du capitalisme, en réformant la société,  en pilotant l’économie libérale via les états et des instances représentants les peuples de façon à ce qu’elle n’apporte que du progrès social et en en combattant les dérives. De même, la propriété privée des moyens de production n’est pas une notion farouchement combattue dans la plupart des domaines économiques sauf dans ce que les sociaux-démocrates définissent comme services publiques.

Informations supplémentaires