• [javascript protected email address]

Développement

Comme évoqué dans l'article Environnement, Le développement humain a besoin d'énergie et de matières premières.

En ce début de 21ème siècle, le monde utilise des sources d'énergie qui disparaissent et sont en quantité très limitées, dont la collecte a des impacts significatifs sur l'environnement, et dont l'utilisation également dégrade les conditions de survie de la vie telle que nous la connaissons.

Les ressources en matières premières utilisées dans de nombreux domaines, pointus technologiquement ou non, s'épuisent également et menacent d'écroulement tout le modèle actuel de développement.

Ainsi, il y a urgence à développer des techniques de maîtrise des énergie "inépuisables" et suffisamment puissantes qui nous entourent, ainsi que des matériaux inépuisables ou renouvelables à l'"infini".

1- Energies inépuisables

De nombreuses énergies inépuisables, à l'échelle de l'homme, et présentes sur terre, ont été identifiées depuis de nombreuses années. Ces énergies primaires sont plus ou moins faciles à dompter et à transformer pour être utilisées par l'homme. Les technologies sont parfois non maîtrisées ou pas encore connues, celles utilisées ne sont pas durables. Cependant, leur maîtrise est fondamentale pour assurer à l'homme un développement respectueux de son environnement et assurant pour le très long terme sa survie. Un aperçu des ces énergies est développé ci-après. D'un point de vue politique, le Pic installe cette problématique au coeur de sa philosophie de développement et de progrès, base de son combat.

1-1- Fusion nucléaire

Iter CadaracheC'est le Graal des énergéticiens; l'énergie des soleils, infinie, mère de toutes les formes de matières et d'énergie dans l'univers. La maîtriser, c'est avoir accès à une source qui peut subvenir aux besoins de l'humanité pour des millénaires. Le principe, c'est celui de la fusion d'atomes d'hydrogènes, qui se transformant en Hélium libèrent une somme d'énergie colossale, convertie en chaleur puis en vapeur et enfin en électricité comme dans toutes les centrales therrmiques du monde.

Contrairement à sa cousine, la fission nucléaire, elle a besoin d'une matière première inépuisable, l'hydrogène. Dans les centrales nucléaires du monde entier, le plutonium ou l'uranium sont les matériaux de base. Ceux-ci sont en cours de raréfaction, ce qui menace la pérennité des ces technologies.

Elle génère également des déchets radioactifs à faible durée de vie, quelques dizaines d'années, contre quelques milliers pour les déchets de la fission. La gestion en devient humainement gérable et supportable.

A ce jour, un projet international, regroupant les grandes puissances, est en construction à Cadarache, en France. Il a pour objectif de mettre au point les technologies de maîtrise de la fusion. Ce projet a pour horizon une mise en production de réacteurs à fusion vers 2050. Si ces recherches sont couronnées de succès, alors technologiquement le problème de la ressource en énergie sera résolu.

1-2- Energie Solaire

L'énergie solaire, reçue au niveau du sol, est plusieurs centaines à plusieurs milliers de fois supérieure aux besoin de l'humanité. En théorie, elle suffit à elle seule à répondre aux nécessités actuelles et futures. En outre, elle est inépuisable, en ce sens qu'elle durera autant de temps que le soleil sous sa forme actuelle irradiera la terre, ce qui à l'échelle humaine signifie l'infini.

film-solaire-OPVCElle souffre cependant de handicaps qui rendent sa captation et sa conversion en énergies utilisables difficiles, coûteuses et pour le moment trop peu efficaces pour suppléer les énergies fossiles. En effet, elle est répartie de façon inégale sur la terre, elle fonctionne avec le cycle du jour et de la nuit, elle est tributaire des conditions climatiques, et transformée en électricité, elle est difficilement stockable. 

Autre handicap, elle est récupérée à l'aide de panneaux photovoltaïques dont la fabrication coûte beaucoup en énergie, dont la durée de vie est limitée, et qui utilisent des matériaux dont le recyclage est difficile, coûteux et dont les produit finaux ne sont pas totalement réinjectable dans la même filière mais dans des filières moins nobles.

cellules-solaires-DSSCMalgré tous ces défauts, l'énergie solaire reste dans le panel des énergies d'avenir, inépuisables et avec un impact gérable par l'humanité. Pour franchir un cap, elle devra relever les défis que sont le remplacement des technologies de panneaux actuels par des panneaux à base de matériaux naturels ou de matériaux régénérables par des processus naturels rapides, mis en oeuvre par l'homme. Enfin, elle devra être couplée à des batteries également à base de ce même type de matériaux.

1-3- Eolienne, hydraulienne, Barrage hydroélectriques

hydrolienneAvec moins de potentiel, ces énergies souffrent des mêmes limites et des mêmes écueils que l'énergie solaire. Elles possèdent malgré tout un atout, qui est que les matériaux nécessaires à la construction des installations comme les barrages, les éoliennes et autres installations captant l'énergie de flux naturels sont plus basiques et en grande quantité répandus sur la terre.

Mixées à l'énergie solaire et à d'autres formes d'énergies locales, ces formes d'énergies, converties en électricité, seront capables de répondre aux besoins humains au travers d'une stratégie énergétique globale. 

1-4- Energie biomasse

Centrale biomasse facture biganosCette énergie est controversée, car elle utilise du matériaux vivant, qui atténuent l'impact CO2 de l'homme, qui sont riches de molécules complexes et intéressantes pour des applications de haute technologie, et pour les forêts qui abritent une biodiversité indispensable aux équilibres des écosystèmes.

Cependant, une partie de la biomasse est déjà exploitée, et cela depuis des décennies, pour générer de l'énergie, comme dans certaines usines papetières. Ces pratiques n'ont pas généré de tels déséquilibres, et peuvent être développées jusque dans une certaine limite.

L'énergie biomasse peut s'inclure dans une stratégie globale d'énergie renouvelable, associée au solaire, à l'éolien et l'hydraulien, notamment dans des lieux où les autres ressources peuvent être naturellement faibles. Elle doit cependant progresser sur le plan des rendements, pour convertir chaque calorie issue de la combustion en électricité.

1-5- Hydrogène

La combustion de l'hydrogène est l'énergie nomade propre qui attise toutes les convoitises. L'hydrogène est l'élément chimique le plus abondant dans la nature, sa réaction avec l'oxygène génère de l'eau, son pouvoir calorifique est supérieur à celui des énergies fossiles. De nombreux scientifiques s'accordent à dire que cette énergie est celle du futur pour ce qui est des transports.

Cependant, l'hydrogène n'existe pas pur à l'état naturel sur terre. Il a besoin d'être produit, puis stocké de façon stable avant d'être utilisé. Ce sont ses limites actuelles car pour le produire, les technologies du moment sont énergivores et la balance est négative. Pour le stocker, il faut soit le comprimer extrêmement fortement, à plusieurs centaines de bars, soit le refroidir plus bas que -250 °C. Son stockage doit en outre être particulièrement sécurisé car une fuite signifie un mélange dans l'air de gaz d'hydrogène et d'oxygène, hautement explosif.

Même à balance énergétique négative, le fait qu'il soit nomade en soi, contrairement à l'électricité, permet d'accepter cet inconvénient à condition qu'il soit produit avec une source d'énergie primaire inépuisable et abondante. L'hydrogène pourrait ainsi l'emporter au moment de l'avènement de la fusion nucléaire, ce qui repousse un tel événement à quelques décennies.

Cette balance pourrait également être inversée à l'aide de production biologique d'hydrogène, grâce à des organismes le synthétisant. Cette voie de production n'existe pas aujourd'hui et nécessite la découverte des bactéries capables de produire cet hydrogène, ou de le créer par codage génétique.

Magnésium dans de l'eauLe problème du stockage et du transport en sécurité de cette énergie reste malgré tout entier. Une dernière voie est de transporter un précurseur de l'hydrogène, non dangereux en soi, et de le produire à l'instant du besoin. Cela est possible en utilisant l'eau, le précurseur, et en la faisant réagir sur des métaux fins, très réactifs en sa présence, comme le sodium ou le magnésium. La mise en contact produit de l'hydrogène et des composés métalliques hydroxyles. L'inconvénient est que ces composés rendent inopérant les métaux initiaux, qu'il faut les régénérer, et que le coût énergétique est supérieur au gain lié à la combustion de l'hydrogène. A cette étape intervient la régénération biologique de l'hydrogène. Avec cette dernière solution, la balance énergétique est favorable, les écueils du stockage et de la dangerosité sont contournés. Il faut cependant mettre au point la biotechnologie qui manque encore à cette solution.

1-6- Energie de la terre

Géothermie haute énergieLa terre possède un coeur très chaud. La température monte progressivement au fur et à mesure qu'on s'enfonce vers son centre. 500°C entre -5 et - 40 kms, 1300 °C à 3500 °C entre - 200 et - 2900 kms, jusqu'à 6000 °C au plus profond. Bien sûr les très grand profondeur ne seront pas accessibles avant bien longtemps à la technologie de l'homme.

Mais le sol sous nos pieds, avec la géothermie, donne déjà les moyens de récupérer cette chaleur au lieu de la produire. Aller chercher plus loin pourrait être à la portée des technologies humaines sans trop de difficultés, permettant de convertir la chaleur terrestre en vapeur et en électricité, sans craindre d'épuisement de cette énergie tellement la réserve dépasse les besoins humains.

 

Informations supplémentaires