• [javascript protected email address]

2- Notion de nationalité irréductible

Combien de commentaires du type "Français de souche", "Français issu de l'immigration". De quelles souches s'agit il? De quelles immigrations est-il question? Au regard de l'article "Histoire de l'immigration", la France a été traversée, conquise par de nombreux peuples. Elle a été terre d'accueil également pour de nombreuses autres populations. Pour autant, les français ne sont ni des romains, ni des barbares, des maures, des anglais, des espagnols, des portugais. Les français sont un peuple et une culture à part entière, issus du mélange des apports de tous ces peuples.

De même, lors de colonies, la culture française a essaimé dans les territoires occupés et administrés. Après la décolonisation, les nations libérées ont conservé la marque de cette culture. Ils ne sont pas redevenus ce qu'ils étaient avant, leur culture s'était transformée.

passeport indivisibleDe même, la culture française a changé au contact des populations des colonies. Le retour des colons en métropole a importé cela et contribué à transformer la société. L'arrivée de la main d'oeuvre maghrébine dans les années 1950 pour reconstruire la France renforce cette transformation. Avec leur travail pour la France, leur installation dans ce pays, ces hommes et leur famille ont transformé la société humaines française. Elle n'est plus et ne peut plus être un melting pot européen. Par la colonisation, la France, sa culture, sa société ont été impactées par l'apport des Africains du nord devenus français. La souche s'est transformée, mais il s'agit toujours d'une même et seule souche, celle de tous les français.

Ainsi, il n'est pas possible de différencier telle ou telle partie des français, comme il ne l'était pas après les nombreuses conquêtes qui l'ont traversée.

En complément, les jeunes français qui ont le sentiment d'appartenir plus à une autre nation, celle de leurs parents ou grands-parents, se trompent. Ils sont français, leur patrie et celle où ils sont naît. D'ailleurs, lorsqu'ils vont "au pays", qu'ils découvrent la différence entre la réalité et ce qu'ils avaient fantasmé, ils ne se sentent souvent finalement pas chez eux. Ils sont vus par les locaux comme des français.

Il n'y pas pas de français plus français que d'autres, comme il n'y a pas de légitimité à se réclamer d'une autre patrie quand la sienne est celle où on est né, où on a été élevé et éduqué.

Informations supplémentaires