• [javascript protected email address]

Décentralisation

Les peuples, et notamment les français, sont plus instruits, plus au fait de l'actualité du monde, qu'au début du 20ème siècle ou après guerre. Les élites se sont étoffées en nombre, et même sans parler d'études poussées, l'ensemble de la population, avec l'accès aux médias, la capacité d'apprendre et de comprendre, les décryptages réalisés par les journalistes, appréhende le monde dans sa globalité comme dans sa localité.

Ainsi, la gouvernance d'un pays entier comme la France par une équipe restreinte, en haut de l'organigramme, qui décide de tout et règle tous les sujets, a vécu. Ce constat est partagé par beaucoup de leaders d'opinion. La décentralisation est un processus en marche.

Pourtant, le transfert de responsabilité entre l'état et les collectivités est lent, partiel, et peu lisible pour l'ensemble des français. Pour preuve, le réflexe centralisé du pays fait se retourner les citoyens systématiquement vers la tête de l'exécutif, sans penser aux présidents de départements ou de régions. Ainsi, de toutes les structures de décision du pays, seuls le président et ses ministres, ou le maire et ses adjoints, restent dans l'imaginaire collectifs les grands décisionnaires de la chose publique.

Le Pic est favorable, pour remédier à cet état de fait, à ce que plus de pouvoirs encore soient délégués aux collectivités, mais également à ce que soit enseigné très tôt aux français, et tout au long de leur vie par des journées dédiées, où trouver les décisionnaires pour tel ou tel sujet.

Informations supplémentaires