• [javascript protected email address]

3- Evolution de la gouvernance mondiale pour le PIC

La structure étatique mondiale est vouée à évoluer, pour se transformer en grands ensembles, fédérateurs de nations regroupées, comme le première en construction actuellement l'Europe.
Au début du 21ème siècle, les Organisations Internationales majeures montrent dors et déjà un fonctionnement qui montre des limites. Les crises locales récentes, en Afrique, Europe de l'Est, Asie, ainsi que la perspective de constitution de fédérations continentales d'état, renforcent l'impérieuse nécessité de doter d'un rôle d'influence et d'intervention ces organisations au premier rang duquel l'ONU.

3-1- Les futures grandes "fédérations" étatiques

Un mouvement naturel, engagé depuis des milliers d'année, a poussé les sociétés humaines à se réunir en communautés, en cités, en territoires, en nations, en empires. Ce mouvement, naturel, né de l'évolution des consciences, s'est bâti sur des conflits, des invasions, mais aussi plus récemment sur des accords entre pays. L'Europe, le Mercosur, l'Asean, l'Aléna, en sont quelques exemples. Parmi ces regroupements, seul l'Europe a une volonté politique dépassant les limites de l'économie. Elle est l'éclaireur qui annonce la poursuite de de l'intégration des nations dans un ensemble plus grand, basé en partie sur des cultures communes, mais également des intérêts partagés.

groupement d'états

Cette histoire future, qui se fera naturellement, regroupe les peuples, fait tomber de nombreuses frontières, ce qui entre autre garantie la paix et la coopération entre les nations réunies. 

A l'inverse, créer de grands ensembles, de nouvelles frontières, génère de potentiels nouveaux foyers de conflits. Où que se situe en effet une frontière se situe des conflits. Les pires et les plus nombreuses guerres se sont faîtes entre voisins. Avec de tels ensembles, puissants, cohérents culturellement mais très différents de leurs nouveaux grands voisins, le risque est grand d'entraîner le monde dans de grands cataclysmes. Ainsi, au sein de leurs mécanismes de consultations, de décisions, ces grands ensembles devront intégrer des représentants privilégiés, dotés de certaines prérogatives, pour ouvrir des ponts.

A titre d'exemple, le cas de la Turquie pour l'Europe peut-être le bon exemple d'un futur canal avec les pays du proche orient. Baigné par les 2 cultures, ce grand pays par l'histoire et l'économie pourrait prendre pleinement sa place dans les instances européennes, tout en étant un fer de lance du futur ensemble de cette région du monde.

3-2- Missions de l'ONU

Le PIC soutient que la gouvernance mondiale doit muter pour remplir les missions fondamentales suivantes:

  • Un rôle de guide pour les grands choix d’orientation liés à l’avenir du monde et de l’humanité, avec le pouvoir de faire émerger les idées fondamentales, socles du bonheur de l’humanité. Les grandes lignes de ce socle commun du monde et de l’humanité sont les suivantes:
  1. La survie de l’espèce humaine et par extension de son environnement. Elle comporte un caractère urgent et global qui doit obliger l’ensemble des communautés humaines à respecter des limites à leur activité afin que celles-ci ne détruisent pas leur environnement.

  2. Les régimes démocratiques sont les seuls acceptables, quels que soient leur forme. La déclaration des droits de l’homme, vérité reconnue par tous les hommes, est la seule base de traitement de chaque individu. Aucun peuple, aucune communauté ne peut être persécuté ou mis en minorité dans quelque endroit du globe, sous quelque forme que ce soit.

  3. Les droits minimum de chaque être humain sont ceux de la satisfaction des besoins primaires constitutifs du bonheur. Ces droits, ces besoins, sont les suivants : 
    1. Manger à sa faim
    2. Dormir sous un toit et ne pas avoir froid
    3. Se vêtir décemment
    4. Avoir les moyens de garantir un niveau d'hygiène vital
    L'ONU promeut ces valeurs et demande à ce que ses états membres les moins avancées suivent un plan d'action de rattrapage.

  4. Tout individu doit avoir accès au même niveau de soin face à des maladies mortelles, handicapantes ou ayant un impact significatif sur l’intégrité de la personne, dans la profondeur ou dans la durée. La gouvernance mondiale doit avoir le pouvoir d’obliger les puissances médicales à donner l’accès à ces soins vitaux à tout individu, où qu’il se trouve dans le monde, quel que soit son niveau de richesse.

  5. La gouvernance mondiale est fédératrice des nations pour la mise en chantier et la réalisation de nouveaux grands projets de conquête, d’expansion des territoires humains. Ces territoires à conquérir et coloniser sont les fonds ou la surface des océans et le système solaire. Une telle démarche est absolument nécessaire pour les raisons suivantes :

a- De tout temps les peuples ont conquis de nouveaux territoires, développé leur science,  inventé de nouvelles technologie, complexifié leur société. Moteur du développement humain, cela fait partie de la structure même de l’homme que d’aller toujours plus avant. Dès le milieu du 20ème siècle, les territoires terrestres de conquête facile l’avaient déjà été.

b- L’expansion démographique, bien que ralentie par le développement, reste une constante de l'humanité. La conquête de nouveaux territoires est une source de développement nécessaire à l'expansion de l'humanité

c- La coordination au niveau mondial  permet d'associer les nations les moins riches et ainsi de diffuser les technologies et juguler la progression des déséquilibres entre nations.

d- L’homme a toujours rêvé de conquêtes, de nouveaux espaces. C’est ce qui a guidé son fonctionnement depuis la nuit des temps, c’est ce qui l’a poussé à être meilleur, c’est ce qui l’humanise. L’homme doit continuer de rêver et de conquérir des territoires sous peine de tomber dans un déclin inéluctable. Croire que la décroissance est une solution est un leurre car opposée à la nature même de l’humanité.

3-3- Organisation de l'ONU, maison mère de toutes les autres Organisations Internationales

Aujourd’hui la gouvernance mondiale est représentée par les Nations Unies au sein de laquelle les pays ont un représentant issu du pouvoir en place. Un processus de modification des statuts des Nations Unies doit être organisé afin qu’avant une échéance qui pourrait être fixée à la fin du XXIème siècle, la gouvernance mondiale soit représentée par réel gouvernement, avec un Chef de Gouvernement Mondial et des Ministères chargées des missions suivantes :

a) Le Ministère des Armées Mondiales avec pour mission la constitution et la direction d’une armée professionnelle opérationnelle, détachée du commandement des nations, dotée de ses propres moyens et de son propre budget. Cette armée aurait des missions définies par le gouvernement mondial via la consultation des représentants des Nations regroupés au sein de la Chambre des Représentants.

Le Ministère des Armées Mondiales absorberait les attributions du Conseil de Sécurité actuel qui serait dissous.

b) Le Ministère de la Politique Economique Mondiale, chargée :

i. De la collecte des contributions de chaque pays adhérent au budget du gouvernement

ii. De la coordination des politiques économiques mondiales (dans le cas des crises comme celle de 2008-2009 par exemple)

iii. De la réduction des inégalités entre Nations

Ce Ministère absorberait entre autre les attributions du FMI et du Conseil Economique et Social actuels qui seraient dissous.

c) Le Ministère de la Justice Mondiale, chargée de la proposition des lois internationales soumises au vote de la Chambre des Représentants, de la gestion du fonctionnement de la Cour Pénale Internationale et de la Cour de justice Internationale, de la demande auprès de la Chambre des Représentants du déclenchement de procédures pénales internationales exceptionnelles dans le cas de guerres, génocides, à l’encontre de représentants de régimes anti-démocratiques,etc… Ce Ministère aurait aussi pour mission le règlement des contentieux entre états.

d) Le Ministère de la Sécurité Civile Mondiale, doté d’une police et d’une administration chargée de coordonner les actions de poursuite de ressortissants, d’enquêtes criminelles ou financières dont le terrain d’action dépasserait les nations ou les regroupements de nations tel l’UE. Cette structure reprendrait les attributions d’Interpol, avec des pouvoirs étendues et des moyens propres en matériel également renforcés. La Police Internationale aurait besoin du vote de la Chambre des Représentants à une majorité à définir pour avoir les pouvoirs d’outrepasser l’autorité des polices nationales.

e) Le Ministère de la Recherche et du Développement Mondial. Il serait chargé de la proposition d’accords type Kyoto, de la définition des grands chantiers de recherche prioritaires (Nouvelles Energies type projet Cadarache, Recherche Médecine type Sida ou Cancer, prospection spatiale et sous-marine, etc…).Il serait doté de crédits qu’il pourrait allouer à des coordinations mondiales d’équipes de chercheurs sur ces sujets. Il orchestrerait ces coordinations d’équipes et permettrait la diffusion des savoirs et des techniques aux pays défavorisés sur le plan de la recherche.

Le pouvoir Exécutif de la gouvernance mondiale serait donc incarné par le Chef de Gouvernement Mondial et les cinq Ministères susmentionnés. Le pouvoir Législatif serait quand à lui concentré aux mains des représentants des gouvernements à l’ONU, la Chambre des Représentants qui remplacerait l’Assemblée Générale actuelle avec le même périmètre de défintion ou un périmètre et une composition modifiés par rapport à l’existant.

Le pouvoir Judiciaire resterait dans les mains de la Cour de justice Internationale dont les juges seraient élus au scrutin seul de la Chambre des Représentants, à une majorité à définir.

Le droit de Veto accordé aux grandes puissances serait retiré.

La gouvernance mondiale ainsi structurée, l’ensemble des organisations supranationales type OTAN seront amenées à disparaître. Ce type de structure, dotée d’une vision subjective de l’ordre du monde car piloté par peu de nations (dans le cas de l’OTAN réellement les USA), ne pourraient plus coexister avec le système mis en place à l’échelle mondiale. Seule la gouvernance mondiale peut donner la possibilité à toutes les cultures, toutes les visions de s’exprimer. Elle seule peut prendre des décisions non entachées de suspicion de manipulation hégémonique, coloniale, orchestrée par une minorité d’états favorisants leurs intérêts propres.

3-4- Capacité d'action de l'ONU

Si les régimes autres que démocratiques ne sont pas acceptables, la gouvernance mondiale doit être dotée des moyens permettant d’obliger les états non démocratiques à entamer un processus rapide de conversion de leur régime, soit de façon autonome et progressive, soit le cas échéant par des contraintes graduelles, inoffensives autant que possible pour les peuples. La guerre de libération, si elle devait être envisagée, devrait malgré tout être repensée à la lumière notamment des échecs actuels en Afghanistan et en Irak.

La gouvernance mondiale doit avoir des moyens d’aider les peuples qui dans leur entier ne pourraient pas subvenir à ces besoins primaires et de veiller à ce que ces peuples deviennent peu à peu capables d’atteindre la satisfaction de ces besoins en toute autonomie.

Informations supplémentaires