• [javascript protected email address]

Les Fondements Philosophiques du PIC

Le PIC construit sa politique sur la base d'une pensée philosophique, construite et en même temps en mouvement.

Les bases fondamentales sont la démocratie Athénienne, l'esprit des Lumières, la pensée économique et sociétale des libéraux comme Adam Smith, John Meynard Keynes, l'analyse de l'histoire de Karl Marx. Tous les penseurs de ces grandes étapes de l'Histoire ont révélé une part de vérité sur les communautés humaines. Ces vérités ont remportées des victoires, jusqu'à balayer les régimes autoritaires des pays Arabes pour faire émerger, après de douloureux soubresauts, des régimes démocratiques et ouverts. Ces vérités ont été révélées par l'analyse profonde des sociétés passées et contemporaines faisant le quotidien des penseurs. Le PIC se veut un de leurs héritiers.

A l'inverse, une pensée philosophique, qui se transforme en politique, ne peut pas rester figée. Les sociétés évoluent, les vérités scientifiques d'hier ne sont plus celles d'aujourd'hui. Ces mouvements, parfois bouillonnants, interrogent et remettent en question les idées du passé. Le PIC se veut être le creuset du renouveau philosophique et politique du 21ème siècle.

1- Renouveau de la pensée, la philosophie politique avant l'action

Une politique moderne nécessite de concevoir une philosophie politique élaborée, en amont et comme base d’un projet pensé en profondeur. A partir de telles bases, solides, bâties en épuisant toutes les alternatives possibles, les représentants de cette nouvelle politique pourront alors donner un cap sur le long terme et entrer dans l’action. Ils seront alors capables d’allier cette action à la réflexion.

C’est à ce prix que des politiques modernes, qui amènent les populations vers un but parfois lointain, pourront être mises en œuvre et être efficace dans un objectif d’amélioration de la vie de tous, de progrès.

2- Les principes fondamentaux d’une politique moderne

Le PIC en tant que mouvement politique repose sur une philosophie politique qui clairement hérite de l’esprit des Lumières dans ce qu’il a de libérateur de l’humanité. Les droits fondamentaux pour l’homme qui en ont découlé, la volonté d’éclairer les esprits contre toute forme d’obscurantisme qui l’a imprégné, la négation de toute forme de justification de privilèges ou le rejet de toute domination innée sont autant d’idées de base qui constituent le socle de ce mouvement.

En revanche, le PIC complète cette philosophie des Lumières par un certain nombre de fondamentaux, définis suite à l’observation des mouvements politiques ayant exercés le pouvoir entre l’époque des Lumières et le 20ème siècle. Ces principes fondamentaux sont les suivants :

  • Aucun système en soi ne peut à lui seul apporter de la justice. Les hommes sont trop différents les uns et les autres, avec des envies, des intérêts particuliers, des valeurs parfois antagonistes. Tout système d’organisation d’une société repose sur ce postulat de base.
  • La recherche du bonheur des hommes est l’objectif principal du mouvement politique qu’est le PIC. Cela est particulièrement vrai pour le sens que ce mouvement veut donner au progrès.
  • De ces deux premiers points il résulte que quel que soit le système en place, il nécessite une constante intervention humaine pour le repenser afin de le corriger, de l’adapter, de l’améliorer. La politique du 21ème siècle ne sera pas adaptée au monde des siècles suivants. La philosophie aura besoin d’être constamment repensée, le projet sera issu de la réflexion des penseurs contemporains de chaque époque.
  • Pour guider une politique qui cherche à permettre aux hommes d’atteindre un bonheur plus accompli, il faut connaître les éléments constitutifs du bonheur. Pour le PIC, le bonheur est constitué de la satisfaction de nombreux besoins, qui peuvent être découplés en Besoins Fondamentaux et en Besoins de Réalisation :
    • Besoins Fondamentaux: Manger à sa faim, dormir sous un toit, ne pas souffrir du froid, pouvoir se vêtir décemment, avoir accès aux moyens d'assurer une hygiène minimum, être libre de ses mouvements et de ses choix, ne pas subir d'injustice, avoir l'égalité des chances et de justice vis à vis de n'importe qui, en tout temps de sa vie
    • Besoins de Réalisation: Faire partie d'une communauté, être valorisé dans son cercle de proches, pouvoir se bâtir un avenir, avoir des moments de paix et de repos, sans avoir à rendre des comptes, avoir des moments d'excitation en perspective, être associé aux grands bouleversements du monde, faire partie de l'histoire, ne pas être sous le joug de sentiments contradictoires, pouvoir protéger sa santé mentale
    Nota: Cette description des besoins recoupe les observations et conclusions, plus complètes, du psychologue Abraham Maslow, exposées pour la première fois dans son ouvrage, A Theory of Human Motivation, paru en 1943. Cette pyramide est représentée ci-dessous

                                             pyramide de maslow

  • Une bonne politique, qui donne une direction à la société qu’elle guide, qui va dans le sens du progrès, vers le bonheur et la réalisation personnelle, garantit les Besoins Fondamentaux et met en place un cadre maximisé permettant à tout un chacun d’accéder le plus facilement possible à la satisfaction des Besoins de Réalisation.
  • Pour les Besoins Fondamentaux, les systèmes politiques et les organisations structurées des communautés humaines du 21ème siècle, même les plus avancées, ne sont pas à un niveau suffisant de maîtrise. Certaines sociétés ont de plus perdu depuis la fin du 20ème siècle les avancées qu’elles avaient conquises suite aux évolutions post 2nde guerre mondiale.
  • Pour les Besoins de Réalisation qui ne sont pas directement de leur ressort, les systèmes politiques ont besoin de penser le cadre et de construire les bases dans lesquels tout homme peut par sa seule volonté et son travail, sans barrière ni inégalité, satisfaire sa soif d’assouvissement de ces besoins.
  • Même si le but d’une politique est de donner les moyens à tous de la recherche du bonheur, les individus sont les seuls maîtres de leur destin, de leurs décisions. L’état, la société ne peuvent pas tout, et n’ont pas le pouvoir d’une prise en charge totale. Si même cela était possible, ce ne serait pas une voie à prendre car l’initiative est le moteur de l’évolution vers le progrès.
  • L'économisme, qui consiste à croire que le réglage de la machine économique est le seul unique et puissant levier pour permettre au plus grand nombre d'accéder à son bonheur, est une erreur. De nombreux autres domaines et en premier lieu la philosophie interviennent et sont à faire progresser pour atteindre l'objectif d'une politique juste et optimale.

Informations supplémentaires