• [javascript protected email address]

Le Bouillonnement, remède aux strates qui sclérosent la société

Les sociétés humaines sont hiérarchisées depuis la nuit des temps. Chef de tribu, chef de village, seigneurs, rois, dirigeants politiques ou de sociétés privées, hommes d'églises, etc... Avec des structures de faible taille, les dirigeants sont au contact de l'ensemble des composantes cette société, ils sont alors capables de relier leur décision aux problématiques rencontrés par chacune d'entre elles. Dans le monde moderne, et ses ensembles de plusieurs milliers, millions voir centaines de millions de personnes, les dirigeants ne peuvent pas confronter leur décision à la réalité de tous. Il existe à cet endroit une difficulté majeure à diriger et décider au mieux, difficulté qui amène à prendre de mauvaises décisions, avec des conséquences qui peuvent être dramatiques. La tendance à la reproduction des élites, et à la panne des ascenseurs sociaux, aggrave dramatiquement ce problème, sclérosant la société, la mettant en danger dans certains cas.

Le Pic souhaite rompre avec cette situation, en créant les conditions qui permettent de faire bouillonner l'ensemble des strates de la société, dans le but de la faire progresser rapidement, dans de multiples directions.

1 - Les Strates de la Société

Les sociétés modernes organisées sont hiérarchisées et des strates la parcourent. Elles sont sous-jacentes aux classes sociales décrites par de nombreux philosophes et décriées par autant. Plus nombreuses, elles séparent des catégories de personnes en fonction de leur rang social ou de leur appartenance à un groupe. La hiérarchisation, et l'existence de strates peuvent être représentées suivant un schéma pyramidal, les élites resserrées en haut, les classes défavorisées en bas.

Nota: Même si la réalité est plus complexe, de type double pyramide, la représentation pyramide simple sera conservée pour la suite du propos.

                                                 Pyramide société réelle avec inversion à la base Pyramide d'une société avec strates

Les strates existent à causes de barrières qui créent et renforcent leurs frontières. Ces barrières sont celles de l'éducation, de l'argent, de l'hérédité essentiellement. Ces barrières peuvent être représentées sur la pyramide des strates.

1-1- Barrière de l'hérédité

Barrière héréditaireLa plus connue des barrières est celle qui permet à ceux qui font partie d'une strate "privilégiée" de conserver la place à leur descendance. En effet, au sein des familles, les enfants ont tendance à reproduire le schéma professionnel parental. Ils n’ont pas la connaissance de tous les possibles et peuvent n’avoir que les références familiales pour se faire une idée du monde. Les parents quant à eux peuvent ne pas avoir beaucoup d’ouverture sur le monde et pousser inconsciemment ou consciemment leurs enfants à suivre la même voie. 

Quand il s'agit de conserver les "bonnes" places dans la pyramide, cette barrière est appelée favoritisme, piston, népotisme, etc... Les réseaux qu'ont pu développer les familles aisées ou de certains milieux sont un puissant facteur de renforcement de ce phénomène, et rendent encore plus imperméable la frontière à ceux qui se trouvent à l'extérieur, qui voudraient accéder à telle ou telle domaine d'activité.

La barrière existe également en effet miroir pour les classes les moins aisées. La noblesse ouvrière, qui peut pousser des individus à refuser toute ascension sociale, est un phénomène courant. Il s'agit de barrières mentales héréditaires qui renforcent par le bas le phénomène de panne de l'ascension sociales.

 

1-2- Barrière des moyens

Barrière des moyensPour accéder à certaines filière d'études, certaines écoles réputées, pour lancer son activité sans mettre en danger ni soi ni sa famille, pour se loger sans difficulté près de cette activité, être mobile, et pour bien d'autres raisons, avoir des moyens financiers propres est souvent une des clés majeures de la réussite. Les familles les plus aisées ont la possibilité d'offrir ces moyens, à l'inverse des familles modestes. L'accès aux aides pour les études, le logement, la création d'entreprise ont le mérite d'exister, mais ne permettre pas de franchir cette barrière pour la majeure partie des personnes. L'emprunt est une solution, mais elle fait prendre des paris sur l'avenir que ceux qui peuvent s'autofinancer n'ont pas à redouter, et qui n'ont même pas à y réfléchir.

 

1-3- Barrière de la connaissance

Barrière de la connaissance

L'accès à la connaissance est un facteur clé de réussite personnelle, sociale et professionnelle. Pour mener à bien ses études et choisir les bonnes filières, être sur les domaines porteurs et d'avenir, être dans les meilleurs établissements, éviter les écueils, il est nécessaire d'être guidé dans le maquis des études possibles et de connaître le marché du travail. Ce rôle est en partie dévolu à l'éducation nationale elle même, au travers des conseillés d'orientation. Malheureusement, leur efficacité est contestable, et force est de constater que les familles dont les parents ont fait des études supérieures sont mieux armées pour amener leurs enfants sur les voies de la réussite scolaire et professionnelle. 

1-4- Phénomène global

strates et barrieresAinsi, l'inégalité des chances de réussite commence dès l'école. Ceux qui n'ont pas de famille rompue aux études, ayant une situation d'un certain niveau, ayant un réseau professionnel et amical favorable, des moyens financiers, qui ne peuvent compter que sur leur propre talent et dont le milieu inconsciemment les incite à ne pas avoir de prétention, ont une probabilité beaucoup plus faible d'accéder à de hautes fonctions. Le phénomène est tel aujourd'hui qu'il est impossible même de se hisser au plus haut de la société quand on vient du plus bas.

 

société bouillonnanteL'ensemble du système des strates et des barrières est ainsi un facteur extrêmement puissant qui sclérose la société, empêche les mouvements d'ascension et l'expression des talentsmanifestations violentes. La probabilité de créativité étant indépendante de son origine, se priver de celle des populations les moins aisées ou des classes moyennes, de loin les plus nombreuses, empêche la société de bouillonner, empêche l'effervescence. C'est une perte préjudiciable et dangereuse pour le progrès et plus largement pour le bon fonctionnement de la société. En effet, lorsque des strates se figent et ne se comprennent plus, des tensions sont générées et peuvent à la fin mener par frustration aux violences les plus extrêmes.

Informations supplémentaires