• [javascript protected email address]

Accueil

L’exercice du pouvoir

Le pouvoir, quelle que soit l'institution, de la plus petite à la plus complexe, est incarnée par un homme. Il est dans la nature profonde de l'homme que d'avoir besoin que ce pouvoir soit incarné, et toujours par un seul individu. A l'inverse, les grands noms de l'histoire ont bien souvent été accompagnés de lieutenants célèbres, visibles ou discrets, qui ont représentés à leur côté la force et la pertinence du pouvoir. En ces temps complexes, où les populations sont de plus en plus éduquées et connectées, le PIC considère que le pouvoir doit rester symbolisé par un seul individu, mais qu'il doit être entouré de façon visible d'une équipe, dont chaque membre est reconnu pour son expertise dans un des domaines où s'exerce le pouvoir politique. Cette équipe et son chef d'orchestre sont indissociables, liés par le mandat qu'ils remplissent.

Les nouveaux gouvernants doivent être éduqués, vivre au milieu et en prise avec les réalités, et savoir avec leur bagage intellectuel tirer de leur expérience du réel les décisions nécessaires a l'amélioration des situations. Les éléments philosophiques de base servant de socle et de matrice à leurs décisions.

1- La personnification du pouvoir

De tout temps à jamais et jusqu’en ce début de 21ème siècle, dans la très grande majorité des états du monde ou des communautés, le pouvoir est symbolisé par une seule personne. Pour certains pays comme la France, l’ensemble des rênes du pouvoir, sous la 5ème République, semblent même être concentrées dans les mains du chef de l’état. Toutes les impulsions viennent de lui, tous les mécontentements se concentrent sur sa personne, toutes les réponses sont attendues de sa bouche.

Certaines expériences passées, comme la 4ème République, ont démontré qu’une faible incarnation de ce pouvoir pouvait être néfaste au bon fonctionnement de l’état, tout du moins dans la cohérence qu’il renvoie à la population.

Cependant, les travers d’une très grande personnification du pouvoir, l’impression que les décisions appartiennent à un seul homme au final, sont aujourd’hui anachroniques vis-à-vis des problèmes complexes et variés que les hommes politiques ont à résoudre.

De plus, l’augmentation importante du nombre de personnes formées à des niveaux élevés d’éducation, le développement des moyens de communication et d’information quelle que soit la région du monde et son niveau de développement, ont amené les populations à un niveau global de compréhension des problèmes jamais atteint.

Informations supplémentaires